La prophétie de Miyazaki sur l’art généré par l’IA

Hayao Miyazaki

En 2016, NHK (Japan Broadcasting Corporation) présentait un documentaire sur Hayao Miyazaki, le cerveau derrière les chefs-d’œuvre du Studio Ghibli comme « Princesse Mononoké » et « Le Voyage de Chihiro ». Intitulé « Never-Ending Man », ce film plonge dans la philosophie artistique de ce cinéaste hors norme. Toutefois, une séquence en particulier retient l’attention des internautes : Miyazaki, après avoir vu une animation générée avec l’aide de l’IA, la qualifie de « insulte à la vie elle-même ». Cette réplique, devenue virale, trouve aujourd’hui un écho puissant face à l’essor galopant de l’IA dans le domaine artistique.

L’animation qui a déclenché la tempête

Lors de ce documentaire, Nobuo Kawakami, alors stagiaire à Ghibli, présente à Miyazaki une animation d’apprentissage profond montrant un zombie démembré se déplaçant grâce à sa tête. À la fin de cette démo, Kawakami suggère que cette animation conviendrait parfaitement à un jeu d’horreur, car l’IA offre une horreur « au-delà de l’imagination humaine ». Après un silence assourdissant, Miyazaki, visiblement affecté, critique vertement l’animation, évoquant un ami handicapé et rappelant la nécessité de prendre en compte la douleur humaine dans la création artistique.

L’évolution inquiétante de l’IA dans le monde de l’art

Depuis cette intervention de Miyazaki, l’IA a continué à progresser à pas de géant. Si elle n’a pas encore atteint la prédiction de Kawakami – peindre comme un humain en l’espace de cinq à dix ans -, elle s’aventure néanmoins sur des terrains qui bousculent éthique et créativité. Plus que jamais, le monde artistique se trouve à la croisée des chemins, face à une technologie qui peut reproduire, imiter, voire remplacer le talent humain.

La voix, nouvelle frontière de l’IA

Parmi les domaines créatifs menacés, celui du doublage vocal se démarque. Des outils sont actuellement en développement pour générer des performances vocales réalistes sans la participation d’acteurs réels. Plus troublant encore, l’IA peut imiter les voix de personnes réelles, souvent sans leur consentement. Zelda Williams, fille du défunt Robin Williams, a décrit cette imitation technologique de la voix de son père comme « perturbante ».

Un outil à double tranchant

En théorie, l’IA pourrait se révéler être un outil précieux pour les artistes. Cependant, les applications actuelles de matériel généré par l’IA soulèvent d’importants dilemmes éthiques. Tant que ces questions demeureront, l’image de Hayao Miyazaki, critique visionnaire de l’art par IA, continuera d’apparaître régulièrement, tel un rappel solennel de ses mises en garde.

Jackie Chun

Joueur depuis toujours, je partage avec vous articles et autres contenus web sur le gaming.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *