Game Over : Try Hard > Billet > Quels sont les premiers jeux video ?

En tant qu’amateur de retrogaming, je m’intéresse depuis longtemps à l’histoire des jeux vidéo. Pour être plus précis, un sujet qui me passionne beaucoup est “Quel a été le premier jeu vidéo jamais réalisé ?”. J’ai donc entamé une enquête exhaustive sur ce sujet.

Quel a été le premier jeu vidéo jamais réalisé ?

La réponse : Eh bien, comme beaucoup de choses dans la vie, il n’y a pas de réponse facile à cette question. Cela dépend de votre propre définition du terme “jeu vidéo”. Par exemple : Quand vous parlez du “premier jeu vidéo”, voulez-vous dire le premier jeu vidéo qui a été fabriqué commercialement, ou le premier jeu pour console, ou peut-être le premier jeu programmé en numérique ? Pour cette raison, j’ai fait une liste de 4-5 jeux vidéo qui, d’une façon ou d’une autre, étaient les premiers de l’industrie du jeu vidéo. Vous remarquerez que les premiers jeux vidéo n’ont pas été créés dans le but d’en tirer profit (à l’époque, il n’y avait pas de Nintendo, Sony, Microsoft, Sega, Atari, ou toute autre société de jeux vidéo).

En fait, la seule idée d’un “jeu vidéo” ou d’un appareil électronique qui n’était fait que pour “jouer à des jeux et s’amuser” n’était même pas envisageable pour la plupart des personnes vivants à cette époque. Mais grâce à ce petit groupe de génies qui ont fait les premiers pas dans la révolution qu’allait être le jeu vidéo, nous pouvons aujourd’hui profiter de nombreuses heures de plaisir et de divertissement (sans compter les millions d’emplois créés au cours des quatre ou cinq dernières décennies). Sans plus attendre, je vous présente ici les “premiers nominés du jeu vidéo” :

1940 : Dispositif d’amusement pour tube à rayons cathodiques

Ceci est considéré (avec la documentation officielle) comme le premier dispositif de jeu vidéo (ou électronique) jamais conçu. Il a été créé par Thomas T. Goldsmith Jr. et Estle Ray Mann. Le jeu a été finalisé dans les années 1940 et soumis à un brevet américain en janvier 1947. Le brevet a été délivré en décembre 1948, ce qui en fait également le premier appareil de jeu électronique à recevoir un brevet (brevet américain 2,455,992). Tel que décrit dans le brevet, il s’agissait d’un dispositif à circuit analogique muni d’un ensemble de boutons servant à déplacer un point qui apparaissait sur l’écran du tube cathodique. Ce jeu s’est inspiré de l’apparition des missiles dans les radars de la Seconde Guerre mondiale, et le but du jeu était simplement de contrôler un “missile” afin d’atteindre une cible.

Dans les années 1940, il était extrêmement difficile (pour ne pas dire impossible) d’afficher des graphiques sur un écran cathodique. De ce fait, seul le “missile” réel est apparu sur l’écran. La cible et tous les autres graphiques ont été affichés sur l’écran et placés manuellement sur l’écran d’affichage. Il a été dit par beaucoup que le célèbre jeu vidéo “Missile Command” d’Atari a été créé après cet appareil de jeu.

1951 : NIMROD

NIMROD était le nom d’un appareil informatique et numérique des années 50. Les créateurs de cet ordinateur étaient les ingénieurs d’une société basée au Angleterre qui s’appelait Ferranti, avec l’idée d’exposer l’appareil au Festival de Grande-Bretagne de 1951 (plus tard il fut également montré à Berlin).

NIM est un jeu de stratégie numérique à deux joueurs, qui serait originaire de la Chine ancienne. Les règles du NIM sont simples : il y a un certain nombre de groupes (ou “tas”), et chaque groupe contient un certain nombre d’objets (un tableau de départ commun du NIM est de 3 tas contenant respectivement 3, 4, et 5 objets). Chaque joueur enlève à tour de rôle les objets des tas, mais tous les objets enlevés doivent l’être d’un seul tas et au moins un objet est enlevé. Le joueur qui prend le dernier objet du dernier tas perd, mais il existe une variante du jeu où le joueur qui obtiens le dernier objet du dernier tas gagne la partie.

NIMROD a utilisé un panneau de lumières comme écran d’affichage et a été conçu et réalisé dans le seul but de jouer au jeu de NIM, ce qui en fait le premier appareil informatique numérique créé spécifiquement pour jouer à un jeu (mais l’idée principale était de montrer et d’illustrer comment fonctionne un ordinateur numérique, plutôt que de divertir et de s’amuser avec lui). Parce qu’il ne dispose pas d’un “équipement vidéo raster” comme écran (téléviseur, moniteur, etc.), il n’est pas considéré par beaucoup comme un véritable “jeu vidéo” (un jeu électronique, oui… un jeu vidéo, non…). Mais encore une fois, cela dépend vraiment de votre point de vue lorsque vous parlez d’un “jeu vidéo”.

1952 : OXO (“Noughts and Crosses”)

Il s’agit d’une version numérique de “Tic-Tac-Toe”, créée pour un ordinateur EDSAC (Electronic Delay Storage Automatic Calculator). Il a été conçu par Alexander S. Douglas de l’Université de Cambridge, et une fois de plus, il n’a pas été conçu pour le divertissement, il faisait partie de sa thèse de doctorat sur “Les interactions entre l’homme et l’ordinateur”.

Les règles du jeu sont celles d’un jeu régulier de Tic-Tac-Toe, joueur contre l’ordinateur (aucune option 2 joueurs n’était disponible). La méthode d’entrée était un cadran rotatif (comme ceux des vieux téléphones). La sortie a été affichée sur un écran à tube cathodique de 35×16 pixels. Ce jeu n’a jamais été très populaire parce que l’ordinateur EDSAC n’était disponible qu’à l’Université de Cambridge, donc il n’y avait aucun moyen de l’installer et de le jouer ailleurs (jusqu’à ce que plusieurs années plus tard quand un émulateur EDSAC a été créé disponible, et à ce moment beaucoup d’autres excellents jeux vidéo étaient aussi disponibles…).

1958 : Tennis pour deux

“Tennis for Two ” a été créé par William Higinbotham, un physicien travaillant au Brookhaven National Laboratory. Ce jeu a été conçu comme un moyen de divertissement, de sorte que les visiteurs du laboratoire avaient quelque chose d’amusant à faire pendant leur “journée des visiteurs” (enfin !…. un jeu vidéo qui a été créé “juste pour le plaisir”…). Le jeu était assez bien conçu pour son époque : le comportement de la balle était modifié par plusieurs facteurs comme la gravité, la vitesse du vent, la position et l’angle de contact, etc… Il fallait éviter le filet comme dans le vrai tennis, et bien d’autres choses. Le matériel de jeu vidéo comprenait deux “joysticks” (deux manettes avec un bouton rotatif et un bouton-poussoir chacun) reliés à une console analogique, et un oscilloscope comme écran.

“Tennis for Two” est considéré par beaucoup comme le premier jeu vidéo jamais créé. Mais encore une fois, beaucoup d’autres diffèrent de cette idée en affirmant que “c’était un jeu informatique, pas un jeu vidéo” ou “l’affichage de sortie était un oscilloscope, pas un affichage vidéo “matriciel”… donc il ne se qualifie pas comme un jeu vidéo”. Mais…. vous ne pouvez pas plaire à tout le monde….

On dit aussi que “Tennis for Two” est à l’origine du méga succès d’Atari “Pong”, mais cette rumeur a toujours été fortement démentie… pour des raisons évidentes.

1961 : Spacewar !

Le jeu vidéo ” Spacewar ” a été créé par Stephen Russell, avec l’aide de J. Martin Graetz, Peter Samson, Alan Kotok, Wayne Witanen et Dan Edwards du MIT. Dans les années 1960, le MIT était ” le bon choix ” si vous vouliez faire de la recherche et du développement en informatique. Cette demi-douzaine de gars innovateurs ont donc profité d’un tout nouvel ordinateur qui a été commandé et qui devrait arriver très bientôt sur le campus (un DEC PDP-1) et ont commencé à réfléchir au genre de programmes de test de matériel qui seraient créés. Lorsqu’ils ont appris qu’un “Precision CRT Display” serait installé sur le système, ils ont tout de suite décidé qu’une “sorte de jeu visuel/interactif” serait le logiciel de démonstration favori pour le PDP-1. Et après quelques discussions, il a rapidement été décidé d’en faire un jeu de guerre spatiale ou très approchant. Après cette décision, toutes les autres idées sont apparues assez rapidement : comme les règles du jeu, la conception des concepts, les idées de programmation, etc…

Ainsi, après environ 200 heures de travail, la première version du jeu était enfin prête à être testée. Le jeu consistait à jouer avec deux vaisseaux spatiaux (appelés affectueusement par les joueurs “crayon” et “wedge”) se tirant des missiles l’un contre l’autre avec une étoile au milieu de l’écran (qui “tire” les deux vaisseaux à cause de sa force gravitationnelle). Un ensemble d’interrupteurs de contrôle a été utilisé pour contrôler chaque vaisseau spatial (pour la rotation, la vitesse, les missiles et l'”hyperespace”). Chaque vaisseau spatial a une quantité limitée de carburant et d’armes, et l’option hyperespace était comme un “bouton de panique”, au cas où il n’y aurait pas d’autre possibilité (il pourrait soit “vous sauver ou vous briser”).

Le jeu informatique fut un succès instantané pour les étudiants du MIT et les programmeurs, et bientôt ils commencèrent à faire leurs propres mises à jour dans le programme du jeu (comme de vraies cartes d’étoiles pour le fond, l’option étoile / pas d’étoile, option de désactivation du fond, option de moment angulaire, parmi d’autres). Le code du jeu a connu d’autres portages sur de nombreuses autres plates-formes informatiques (comme le jeu nécessitait un écran vidéo, une option difficile à trouver dans les systèmes des années 1960, il a surtout été porté sur des systèmes DEC plus récents et moins chers comme les PDP-10 et PDP-11).

Spacewar !

Spacewar ! n’est pas seulement considéré par beaucoup comme le premier “vrai” jeu vidéo (puisque ce jeu a un affichage vidéo), mais il s’est également avéré être le véritable prédécesseur du jeu d’arcade original, ainsi que l’inspiration de nombreux autres jeux vidéo, de consoles, et même des sociétés de jeux vidéo (comme “Atari” ?…). Mais c’est une autre histoire, les jeux d’arcade ainsi que les jeux vidéo sur console ont été inscrits dans une autre page de l’histoire des jeux vidéo.

Les voici donc, les nominés pour le “Premier Jeu Vidéo”.

Selon vous, lequel est le premier jeu vidéo jamais réalisé ?

Quoi qu’il en soit, je pense que tous ces jeux ont été révolutionnaires pour leur époque, et devraient être crédités dans l’ensemble comme les pionniers de la révolution du jeu vidéo. Comme l’a dit Stephen Rusell, le créateur de “Spacewar” : “Si je ne l’avais pas fait, quelqu’un aurait fait quelque chose d’aussi excitant ou même mieux au cours des six prochains mois. J’y suis arrivé le premier, tant mieux.”

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *