Au début des années 90, Nintendo était le roi incontesté de l’industrie du jeu vidéo. SEGA avait essayé de concurrencer les consoles de salon NES et SNES avec sa Master System et sa Mega Drive, et bien que ces dernières aient fait beaucoup mieux que les premières, Nintendo était toujours en tête une fois toutes les ventes comptabilisées. Alors que la génération de la SNES et de la Mega Drive touchait à sa fin, SEGA a commencé à caresser l’idée d’utiliser des CD au lieu de cartouches, allant même jusqu’à sortir le module complémentaire MEGA CD pour la Mega Drive.

Le passage au CD

Nintendo, pour sa part,  s’est également essayé à la technologie du CD… Ils ont par ailleurs discuté avec Sony, célèbre pour son travail sur les CD et le matériel connexe, afin de les aider à construire un lecteur CD pour la SNES. Sony a consacré du temps et de l’argent pour se familiariser avec l’industrie du jeu vidéo et à construire ses prototypes, mais les négociations entre les deux sociétés japonaises ont échouées. Selon les personnes interrogées, soit Nintendo a conclu un accord secret avec une autre société et a informé Sony à la dernière minute, soit Sony demandait trop d’argent et Nintendo a refusé tout partenariat.

Quoi qu’il en soit, le résultat est toujours le même : Sony s’est retrouvé face à un mur concernant la SNES-CD. Bien que l’accord n’ait pas été concluant pour tout le monde, il est devenu évident que l’industrie du jeu vidéo s’orientait vers le CD comme support de choix.

Sony entre dans la danse des consoles

Sony a décidé d’utiliser ce qu’il avait appris et développé en travaillant avec Nintendo pour créer sa propre console et entrer dans la mêlée ; il l’a baptisée PlayStation et l’a sortie en 1994, environ deux ans avant que Nintendo ne sorte sa prochaine grande console. Personne ne s’attendait à ce que Sony finisse par détrôner Nintendo en tant que fabricant de console la plus populaire au monde et à ce qu’il domine l’industrie pendant vingt ans.

L’une des principales raisons pour lesquelles Sony a connu un tel succès avec la PlayStation 1 est le superbe marketing que la marque a mis en place. Avant la PlayStation, presque toutes les consoles de jeux étaient destinées aux enfants. Sony a fait preuve de perspicacité (de lucidité?) en ciblant spécifiquement les jeunes adultes dans son marketing, faisant de la PlayStation un succès auprès des joueurs qui avaient grandi avec une console Nintendo mais qui voulaient maintenant quelque chose d’un peu plus adulte.

Sony installait la PlayStation dans les boîtes de nuit et demandait à des célébrités de soutenir la console ou d’être photographiées en train d’y jouer. Les jeux ont généralement commencé à adopter un ton plus adulte, et les nouveaux titres comme Tomb Raider étaient considérés comme “plus cools” que Mario ou Zelda. En fin de compte, Sony s’est emparé d’un loisir qui était généralement considéré comme réservé aux enfants et dont beaucoup se moquaient ouvertement, et a contribué à en faire le média respecté que nous connaissons aujourd’hui. Même s’il serait naïf de dire qu’ils l’ont fait par pure bonté d’âme – ils ont également gagné beaucoup d’argent en faisant en sorte que les jeux vidéo soient ouverts à un plus large public. Sony a rendu les jeux vidéo cool.

Toujours des cartouches pour la N64, une erreur fatale ?

Lorsque la N64 de Nintendo est arrivée, la firme japonaise a surpris beaucoup de monde en annonçant qu’elle utiliserait toujours des cartouches au lieu de CD. La logique derrière cette décision était assez simple : les CD sont beaucoup plus faciles à pirater que les cartouches, et l’enseigne nippone craignait que l’utilisation des CD ne lui fasse perdre beaucoup d’argent à cause des jeux copiés. La décision de s’en tenir aux cartouches et les deux années supplémentaires de développement dont Nintendo a disposé pour la N64 ont fait que la console était plus puissante que la PlayStation et que les temps de chargement étaient pratiquement inexistants. Les cartouches avaient cependant des inconvénients : les jeux étaient plus chers à produire, plus difficiles à développer et la N64 avait des problèmes de stockage et de qualité sonore.

Final Fantasy débarque sur PlayStation et… fin du game

ff 7 playstation 1 final fantasy ps1

Squaresoft travaille depuis longtemps avec Nintendo et a porté tous ses précédents jeux Final Fantasy sur les consoles Nintendo. Mais voyant l’espace de stockage supplémentaire que leur offraient les CD, et sachant qu’ils pouvaient repousser les limites de la production vidéo avec des cut scenes  de meilleure qualité, Square a décidé de produire le prochain titre de la série Final Fantasy pour la PlayStation : Final Fantasy VII.

Il est impossible de sous-estimer l’importance de Final Fantasy VII. En tant que JRPG, il a permis à des millions de joueurs de découvrir leur premier jeu de rôle japonais, et la popularité du genre a fait que les mécanismes de jeu de rôle ont commencé à s’infiltrer dans pratiquement tous les autres genres de jeux vidéo. Aujourd’hui, nous avons des systèmes RPG même dans la FIFA.

Mais si Final Fantasy VII a été important dans le monde des jeux vidéo, il l’a été encore plus pour Sony. Final Fantasy était devenu incontournable au Japon et le passage à la PlayStation a fait grimper les ventes de la console dans le pays natal de Sony, installant la position de la console comme étant celle à posséder pour les fans de JRPG.

Dans les années qui ont suivi, la PlayStation a vu sortir des dizaines de JRPG de tout premier ordre et, aujourd’hui encore, on se souvient de cette période comme d’un âge d’or pour le style. Ce qui a été le plus surprenant, c’est l’accueil réservé à Final Fantasy VII en dehors du Japon.

Alors que la série Final Fantasy avait été assez populaire auprès des joueurs du monde entier, Final Fantasy VII est devenu un véritable phénomène. Grâce à d’excellentes critiques, à un bouche-à-oreille qui s’est répandu comme une trainée de poudre et à une importante campagne de marketing, Final Fantasy VII est devenu un succès  colossal. Les joueurs ont adopté l’histoire de Cloud et Sephiroth et, comme ils en voulaient toujours plus, les ventes de JRPG ont généralement augmenté. Final Fantasy est devenu une marque à part entière, et les futures sorties de la série sont devenues des événements que les joueurs attendaient avec impatience.

Final Fantasy VII présente également des graphismes impressionnants – pour l’époque – qui n’auraient pas été possibles si Squaresoft avait conçu le jeu pour la N64. La qualité des séquences de Final Fantasy VII a été l’un des principaux sujets de discussion autour du jeu, et le côté cinématographique que Squaresoft a apporté au titre est que d’autres jeux reproduisent aujourd’hui.

C’est en grande partie grâce à Final Fantasy VII que la PlayStation s’est imposée dans l’industrie du jeu vidéo. La puissance supplémentaire de la N64 était techniquement annulée par la capacité de stockage accrue des disques utilisés par la PlayStation, et par la qualité supérieure de la musique et des vidéos dont disposaient les développeurs. Des titres comme Metal Gear Solid, Silent Hill, Resident Evil et Tomb Raider n’auraient tout simplement pas fonctionné sur N64, et ils sont tous devenus des GOTY pour la console de Sony. De plus, Nintendo n’avait pas de réponse à ce genre de jeux, s’en tenant généralement à des jeux éprouvés comme Mario et Zelda.

Bien que la qualité des jeux Nintendo soit toujours aussi élevée, leur matériel n’a hélas pas suivi. Qu’ils aient sous-estimé la menace de Sony en tant que concurrent crédible ou qu’ils n’aient pas réalisé l’impact que les CD auraient sur l’industrie, Nintendo est finalement devenu le numéro deux d’une autre société dans le domaine des jeux vidéo. À la fin de la génération, la N64 s’est vendue à environ 32 millions d’unités, tandis que la PlayStation a enregistré plus de 100 millions de ventes.

La manette de nintendo en inspire d’autres

À la fin de la génération, Sony s’est inspiré de la manette de la N64, qui comportait un stick analogique, pour lancer la première manette Dual Shock et changer à jamais notre façon de jouer. Nintendo a eu l’intelligence d’inclure un stick analogique dans sa manette, car les jeux en 3D nécessitaient un peu plus de précision que ne le permettait le D-Pad standard. Mais Sony a repris l’idée et en a fait quelque chose d’ingénieux. Avec un stick analogique pour contrôler le personnage du joueur, et un stick analogique gauche pour contrôler la caméra, la façon dont nous jouons aux jeux a été redéfinie. Microsoft et Nintendo ont tous deux copié cette approche depuis, et aujourd’hui, le schéma de contrôle est tellement banal que jouer à un jeu en 3D datant d’avant la période de la double manette analogique semble gênant.

La nostalgie pourrait dépeindre Nintendo comme le leader du jeu sur console ; ils étaient les explorateurs qui se sont aventurés en territoire inconnu. Mais c’est Sony qui s’est servi de ses découvertes pour faire de l’industrie du jeu vidéo ce qu’elle est aujourd’hui. PlayStation est la première marque de jeux vidéo depuis plus longtemps que Nintendo.

Cela s’explique en partie par le succès de la première console PlayStation. Les premiers pas dans le jeu en 3D ont peut-être été maladroits, mais une fois les bases posées, le jeu sur console a été changé à jamais. La PlayStation a contribué à cette évolution grâce à un marketing astucieux, à une modification de la perception du secteur par les gens et à la promotion de quelques franchises clés qui allaient devenir parmi les plus importantes au monde.

Aujourd’hui, on se souvient de la PlayStation originale comme d’une console qui a changé le jeu pour beaucoup de gens. Qu’il s’agisse de Final Fantasy VII, leur premier jeu de rôle, de Metal Gear Solid, le film d’action auquel ils pouvaient jouer, ou de Silent Hill, qui leur a crée une angoisse encore jamais atteinte dans un jeu vidéo, l’ère de la PlayStation a été un moment très important dans l’histoire du jeu vidéo, et une console qui nous a donné une incroyable ludothèque.

La PlayStation de Sony est apparue pour la première fois au Japon en décembre 1994 et est toujours considérée à ce jour comme l’une des consoles les plus vendues de tous les temps.

Commenter l'article